Les treize principes de base de Jacques Livchine et Hervée de Lafond

Publié le par Gud

En 1998, Jacques Livchine et Hervée de Lafond, alors respectivement, metteur en songe et grande ordonnatrice du Théâtre de l’Unité et du Centre d’Art et de Plaisanterie (Scène Nationale de Montbéliard), livrent au journal La Scène, les principes de base devant guider des projets souhaitant « mélanger l’art à la vie » et « regarder la vie en farce ». En 2006, il semble important de les rappeler notamment à ceux qui souhaiteraient, comme le déclare Jacques Livchine, toucher un large public au-delà du « public CAMIF-MAIF-Télérama ». Certains principes paraissent presque dix années plus tard d’une actualité prégnante.  
 
1- Il ne s’agit pas de remplir le théâtre de Montbéliard mais Montbéliard de théâtre.
 
2- Le public n’existe pas. Ce sont des gens qui vont au spectacle.
 
3- Il faut dépiedestaliser la culture, la dégager de sa gangue inamicale.
 
4- Dans un théâtre, tout doit être artistique, billets, affiches, etc.
 
5- Pratiquer la solid’hilarité, regarder la vie en farce.
 
6- S’adresser à la ville tout entière, se souvenir que la subvention doit être rendue à tous les habitants et pas seulement à une élite cultivée.
 
7- Développer l’esprit critique du public.
 
8- Une rue animée n’est pas une rue pleine d’animateurs, mais une rue pleine de commerçants.
 
9- Ne respecter que les respectables.
 
10- Ne pas avoir de se dire que demain tout sera fini.
 
11- « Invente ou je te dévore ». Claude-Nicolas Ledoux
 
12- Casser la consanguinité qui règne au sein de la culture conventionnée.
 
13- Ne pas ignorer la culture qui est entrain de jaillir des quartiers, s’y abreuver.
 
« Le public au cœur d’un projet, Montbéliard, Une ville baignée d’Art et de Plaisanterie », La Scène, décembre 1998, n°11.

Commenter cet article